Sélectionner une page

BORDEAUX RE-CENTRE
Bordeaux (33)

 

Phase Etude livrée
Livraison 2013
Moa Ville de Bordeaux
Moeu Canal \ ANMA \ pepitomicorazon collectif \ AVA
Programme Projet de rénovation des quartiers anciens dégradés
Procédure Appel d’offre public
Superficie 149 hectares

Vous êtes architecte au sein du collectif Pepitomicorazon et donc membre de l’équipe Bordeaux [Re] Centres. Vous êtes en charge de la réflexion sur la mise en place des cheminements doux sur le secteur.
Expliquez-nous ce projet et la démarche mise en œuvre.
« C’est le prolongement des rues piétonnes du centre historique de Bordeaux.
Le projet va mettre en place des rues partagées entre les piétons, les cyclistes et les voitures à 20km/h pour vivre la rue de manière apaisée, avec plus de fluidité pour les vélos et les poussettes. L’objectif n’est pas le tout-piéton mais que différents modes de déplacement puissent se côtoyer, en réduisant la place de la voiture toute puissante.
Une trame de cheminements s’est mise en place. Pour l’instant, nous avons identifié un certain nombre d’itinéraires qui nous semblent intéressants parce qu’ils relient des lieux emblématiques du projet Bordeaux [Re] Centres, comme les Remparts ou la rue Kléber. Entre Sainte-Eulalie et Sainte-Croix, un cheminement nous intéresse particulièrement car il traverse un chapelet de huit petites places et permet de relier des séquences de rues déjà rénovées et des projets préexistants. Cette traversée est/ouest irrigue des quartiers parfois oubliés et avec des identités bien différentes. Elle va apporter une vitalité tangible.
Nous n’avons pas la capacité de traiter l’ensemble du tracé en voirie lourde mais nous voulons mettre en valeur le caractère de ces rues, en travaillant sur les « à-côtés », les contours de la rue, sur les petites curiosités à mettre en valeur et sur le végétal en pied de façade qui peut être porté par les habitants comme dans certaines rues aujourd’hui. Des plasticiens et des designers travaillent sur un certain nombre de thématiques, pour raconter l’histoire de la rue, ou pour révéler des points singuliers, des vieilles devantures, des ouvrages en péril, des puits de jour, des cheminées en briques, des murs pignons, etc.
Nous espérons créer des envies afin que ces rues soient mieux appropriées, regardées, entretenues, soignées.
C’est un projet qui est en cours d’avancement et qui demande à évoluer avec le temps. Dans un 1er temps, nous pourrions intervenir sur le volet « designers – signalétique piétonne – végétalisation, appropriation de la rue » et puis ensuite réaliser des travaux plus lourds sur les chaussées pour assurer la cohabitation entre les poussettes, les vélos, les voitures.
L’espace public n’est jamais une question facile à aborder car il faut réussir à jongler entre les envies, les objectifs et une technique plutôt dense.
La rue est un lieu à ne pas « rater » car elle permet toutes les rencontres, elle concentre les enjeux de vie partagée et pacifiée et la fluidité des usages. »

L’association Particule14 a organisé un workshop avec 25 étudiants venus d’écoles européennes (Camondo, La Cambre, Politecnico, Brighton, Esad, Ensadse…) pour valoriser ce parcours pédestre. Les interventions avaient pour ambition de mettre en valeur des éléments urbains remarquables in situ.